DANTON

Film d’Andrzej Wajda- 1982

Paris, dans un printemps 1794 qui semble glacé : les premiers plans montrent des sans-culottes se réchauffant près d’un brasero. Depuis septembre 1793 c’est la première partie de la Terreur, où la faction perdante, ici les moins extrémistes, sont menés à la guillotine.

Le député montagnard Danton a quitté sa retraite d’Arcis-sur-Aube et gagné Paris pour appeler à la paix et à l’arrêt de la Terreur. Populaire, appuyé par la Convention et des amis politiques qui ont de l’influence sur l’opinion (notamment le journaliste Camille Desmoulins), il défie Robespierre et le puissant Comité de salut public. Danton, présenté comme un bon vivant, est impliqué dans plusieurs affaires de corruption, dont celle de la Compagnie des Indes : mais Robespierre refuse d’abord de le mettre en accusation, craignant la colère des classes populaires qui ont porté la Révolution. C’est une entrevue avec son adversaire, véritable huis clos mettant à jour les divergences politiques et les caractères irréconciliables des deux leaders de la Révolution, qui consomme la rupture. Sur proposition de Robespierre, le Comité déclare l’arrestation de Danton et ses amis.

Durant la parodie de procès qui suit cette décision, Danton use de son éloquence pour défendre le groupe accusé et pousser le Tribunal révolutionnaire, incarné par l’Accusateur public Fouquier-Tinville, jusque dans ses derniers retranchements. Sans témoins, sans possibilité de se défendre ni temps de parole accordé, les dantonistes s’adressent à la foule qui assiste à l’audience (« Peuple français… ») et leur manifestent de la sympathie : le Tribunal utilise alors un décret pour les exclure un par un du débat. Le groupe est emprisonné, Desmoulins rejette la visite de Robespierre qui voudrait l’épargner, et tous sont guillotinés le 5 avril 1794.

Les scènes finales montrent un Robespierre inquiet et indécis, rappel de la prophétie de Danton lors de leur entrevue : le premier d’entre eux qui tombe entraîne l’autre, et la Révolution avec lui.

Durée du film: 2h 16.  Le 7 novembre à 20.00. La projection sera suivie d’un débat avec le scénariste du film Jean-Claude Carrière, Wojciech Pszoniak (Robespierre) et Gérard Depardieu (Danton) (dans l’attente de confirmation). Merci à GAUMONT sans qui cette projection n’aura pas vu le jour.

Bande annonce du film

Billets & réservations: Théâtre & Cinéma Jacques Prévert et/ou par téléphone au 01.58.03.92.75